I. Introduction
Les lichens sont des organismes doubles reconnus depuis 1869. En effet, ils résultent d’une union symbiotique stable et indépendante entre une algue et un champignon. Leur classification est essentiellement basée sur l’organisme fongique, partenaire dominant tant dans la morphologie que dans la reproduction de la symbiose. Les lichens comptent environ 20 000 espèces différentes dans le monde, et près de 3 000 en France.

Cette symbiose polyphylétique permet l’existence d’un organisme complexe dans des milieux extrêmes dans lesquels les deux partenaires ne s’accommoderaient pas isolément. Ils sont capables de coloniser des milieux aux caractéristiques biogéographiques très variées et jouent des rôles écologiques et pédologiques primordiaux. Les premiers restes paléontologiques de lichens datent du Cénozoïque malgré leur faible capacité à se fossiliser. L’étude de cas marginaux de symbioses facultatives ou rudimentaires donne une idée de l’établissement possible de ce type d’association au cours de l’évolution.